Cinémathèque suisse - site officiel

Tatiana Berseth Abplanalp, responsable du secteur bibliothèque et médiathèque

© Carine Roth / Cinémathèque suisse

© Carine Roth / Cinémathèque suisse

© Carine Roth / Cinémathèque suisse

© Carine Roth / Cinémathèque suisse

© Carine Roth / Cinémathèque suisse

© Carine Roth / Cinémathèque suisse

© Carine Roth / Cinémathèque suisse

© Carine Roth / Cinémathèque suisse

© Carine Roth / Cinémathèque suisse

© Carine Roth / Cinémathèque suisse

© Carine Roth / Cinémathèque suisse

© Carine Roth / Cinémathèque suisse

© Carine Roth / Cinémathèque suisse

Responsable du secteur bibliothèque et médiathèque, Tatiana Berseth Abplanalp supervise aujourd’hui une équipe de trois personnes, qui gèrent avec elle l’acquisition, la conservation et la mise à disposition des documents liés à l’histoire, l’esthétique et la technique du septième art; aux méthodes de production, de financement et de diffusion; aux courants de pensée et aux politiques culturelles; ainsi qu’aux manifestations et associations suisses fédérées autour du cinéma.

Tatiana a appris son métier à l’école supérieure en information documentaire de Genève, actuelle HEG, un cursus qui lui a ouvert les portes de la Cinémathèque suisse. Entrée en fonction le 6 mai 2002, le jour de ses trente ans, elle nourrissait à l’époque le rêve de devenir scénariste. Aujourd’hui, elle n’écrit plus, mais reste attentive aux innombrables scénarios qu’elle conserve et garde particulièrement en tête celui de Moby Dick, que John Huston réalisa en 1956. Signé de la main du cinéaste, des comédiens et de l’équipe technique, cet objet d’une valeur inestimable, rempli de gribouillis et de notes, lui a été confié par le photographe suisse allemand Ernst Scheidegger et repose à présent dans un écrin fabriqué sur mesure.

La bibliothèque donne accès à un grand nombre de livres, de scénarios, de listes de dialogues, de vidéos, ainsi qu’à une collection considérable de périodiques, qui regroupe aussi bien les revues spécialisées, comme les Cahiers du cinéma ou la revue universitaire suisse Décadrages, que les journaux à scandales des années 1950. Les usagers ont ainsi la possibilité de se renseigner sur la réception critique d’un film, de consulter des numéros du magazine Ciné-miroir datant des années 1930 ou encore d’anciens manuels techniques, qui constituent une véritable mine d’or lorsque les projecteurs du Casino de Montbenon et du Capitole tombent en panne.

La collection propose également près de 240’000 dossiers documentaires, qui rassemblent du matériel publicitaire, des coupures et des dossiers de presse liés à un film ou un réalisateur. Ce travail de collecte, aujourd’hui numérisé, a été effectué manuellement jusqu’en 2010, un travail de titan, qui rappelle à Tatiana les longues heures passées à découper aux ciseaux les critiques de la semaine. Ces ressources physiques font d’ailleurs l’objet d’un ambitieux projet de numérisation, qui permettra de les mettre à disposition du public sans abîmer les sources originales.

En 2017, 381 objets, tous types confondus, ont été consultés. La restitution des collections est primordiale aux yeux de Tatiana, qui propose aux lecteurs des entretiens de référence pour aiguiller au mieux leurs recherches. A défaut de disposer d’un index général, elle est souvent amenée à se creuser les méninges pour débusquer des documents, une opération qui n’a rien d’une sinécure au vu de la masse de ressources accumulées depuis plus de 70 ans. Heureusement, elle pourra bientôt compter sur le précieux outil de gestion des collections de la Cinémathèque suisse, qui centralisera dans un même catalogue l’ensemble des objets Film et Non-Films liés à un titre ou un réalisateur.

 

< Retour