Cinémathèque suisse - site officiel

La Cinémathèque suisse au Locarno Festival

11 07 2018

Initiates file downloadTélécharger le communiqué en français

Initiates file downloadHerunterladen der Pressemitteilung auf Deutsch

Initiates file downloadScaricare il comunicato stampa in italiano

Initiates file downloadDownload the presskit in english


Partenaire historique du Locarno Festival, la Cinémathèque suisse met chaque année de nombreuses copies tirées de ses collections à disposition du festival et présente d’importantes restaurations de films suisses.

Rétrospective Leo McCarey

En partenariat avec le Festival de Locarno et la Cinémathèque française, la Cinémathèque suisse participe à l’organisation de la rétrospective consacrée à Leo McCarey (1898-1969). Lauréat de trois Oscars, l’auteur et réalisateur américain a laissé une empreinte indélébile sur le cinéma burlesque. Il débarque à Hollywood en 1918 où il devient l’assistant de Tod Browning puis dirige, entre 1923 et 1929, un grand nombre de courts métrages produits par Hal Roach parmi lesquels ceux mettant en scène Laurel et Hardy. Décidé à donner au splapstick une forme plus moderne, McCarey forge un style reconnaissable entre tous par la construction habile des gags, l’invention des gestes et l’élégance chorégraphique. Il passe ensuite au long métrage avec Duck Soup (1933), comédie interprétée par les Marx Brothers et lance, quatre ans plus tard, Cary Grant dans The Awful Truth, acteur qu’il retrouvera dans An Affair to Remember (1957) considéré comme l’un des plus grands films d’amour de tous les temps par l’American Film Institute. Mais c’est durant la guerre qu’il réalise ses deux plus grands succès, Going My Way (1944) et The Bells of St. Mary’s (1945) avec l’acteur Bing Crosby. A l’affiche en octobre à Lausanne, la rétrospective voyagera jusqu’en 2019 dans plusieurs institutions suisses et internationales. Leo McCarey fait également l’objet d’un ouvrage chez Capricci, en partenariat avec la Cinémathèque suisse.


Francis Reusser et l’air de 68

Frère cadet des Tanner, Soutter et Goretta, Francis Reusser, né en 1942, se forme à l’Ecole de Photographie de Vevey et à la Télévision Suisse Romande en tant que caméraman. Il se met alors au cinéma et réalise son premier long métrage, Vive la mort (1969), qui aura l’honneur d’être présenté à la toute première Quinzaine des Réalisateurs à Cannes. Cinéaste internationalement reconnu, il remporte le Léopard d’or en 1976 avec Le Grand Soir. En 1985, Derborence est sélectionné en compétition au Festival de Cannes et est récompensé du César du meilleur film francophone. La Cinémathèque suisse vient de restaurer, avec le soutien de Memoriav et de la RTS, le film à sketchs Quatre d’entre elles (quatre destins de femmes dirigés chacun par Claude Champion, Jacques Sandoz, Yves Yersin et Francis Reusser), présenté à la Semaine de la Critique à Cannes en 1968, ainsi que Vive la mort. Ces deux films ont été produits par Milos Films, société fondée en 1968 à l’initiative du critique de cinéma Freddy Landry pour aider la carrière de nouveaux talents. Le programme Reusser est complété par Seuls, sélectionné à la Quinzaine des Réalisateurs en 1981, qui réunit à la pointe du Lac Léman des acteurs aussi prestigieux que Niels Arestrup, Bulle Ogier, Mireille Perrier et Michael Lonsdale. Cette version a été numérisée sous la supervision de Renato Berta et du cinéaste, avec la participation de la Fondation culturelle Suissimage et de la RTS, et la collaboration de notre institution.

Cary Grant et Deborah Kerr dans An Affair to Remember de Leo McCarey (1957)
Groucho Marx dans Duck Soup de Leo McCarey (1933)
Niels Arestrup, Michael Lonsdale et Christine Boisson dans Seuls de Francis Reusser (1981)
Image extraite de la bande-annonce de Quatre d'entre elles (1968)