Cinémathèque suisse - site officiel

Sélection: Roberto Rossellini

10 films de Roberto Rossellini

La Cinémathèque suisse propose dix films, présentés dans des copies restaurées, du grand cinéaste italien Roberto Rossellini: Roma, città aperta (1945), Paisà (1946), Germania, anno zero (1948), trois œuvres majeures du néo-réalisme italien qui constituent la trilogie de la guerre du cinéaste; L'Amore (1948), Stromboli, terra di Dio (1950), qui ouvrit une nouvelle voie au drame réaliste; La Macchina Amazzacattivi (1952), conte burlesque inspiré de la Commedia dell'arte; La Paura (1954); Viaggio in Italia (1954), portrait sans concession d'un couple désuni; India (1959), exploration de l'Inde en quatre histoires; et Intervista a Salvador Allende: La forza e la ragione (1971), documentaire co-réalisé avec Emidio Greco. 

Pour compléter cette sélection, le documentaire Bergman e Magnani: La Guerra dei vulcani de Francesco Patierno, met à la lumière le scandale mélodramatique des années 1950 entre Roberto Rossellini, Anna Magnani et Ingrid Bergman lors des tournages simultanés de Stromboli et de Vulcano. L'occasion de découvrir sous angle nouveau ces deux films importants et le parcours singulier de Roberto Rossellini.


La trilogie de la guerre

Germania, anno zero

(Allemagne année zéro)
Italie, France, Allemagne · 1948 · 78'
De Roberto Rossellini
Avec Ernst Pittschau, Edmund Moeschke, Franz Gruger
Copie(s): DCP, Allemand s-t. FR | DCP, Allemand s-t. IT | DCP, Allemand s-t. EN

L'Allemagne dévastée d’après-guerre est parcourue par de pauvres hères, telle cette famille à la dérive dont le père est malade, la fille se prostitue et le fils, ancien SS, se cache. Seul Edmund, le plus jeune, semble s’accommoder des misères de son temps et assure ainsi la subsistance des siens...

«Si, dans certains de mes films, j’ai essayé de suivre simplement et honnêtement un seul personnage et d’une manière presque documentaire, c’est à Rossellini que je le dois. Vigo mis à part, il est le seul cinéaste à avoir filmé l’adolescence sans attendrissement, et Les 400 coups doivent beaucoup à Allemagne année zéro» (François Truffaut, Les Films de ma vie).

Le film reçut le Grand Prix et celui de meilleur scénario original au Festival de Locarno en 1948.

Allemagne année zéro

Paisà

(Païsa)
Italie · 1946 · 125'
De Roberto Rossellini
Avec Carmela Sazio, Benjamin Emmanuel, Harold Wagner
Copie(s): DCP, Italien, Anglais s-t. FR | DCP, Italien, Anglais s-t. EN | DCP, Italien, Anglais s-t. DE

Paisà fixe six moments de la libération du sol italien pendant la campagne 1943-1944 et campe en six courtes nouvelles filmées le climat héroïque, ou pitoyable, dans lequel elle s'accomplit.

1) Débarquement en Sicile de soldats américains, guidés par une jeune Italienne.

2) Rome. Un Noir Américain se fait voler ses chaussures par un gamin dont il découvre la misère.

3) Rome. Un Américain retrouve une Italienne devenue prostituée.

4) Florence. Une infirmière tente de rejoindre un partisan en traversant l'Arno.

5) Un prêtre, un rabbin et un pasteur accueillis dans un couvent franciscain de Romagne

6) Massacre dans les marais pontins.

Païsa

Roma, città aperta

(Rome, ville ouverte)
Italie · 1945 · 100'
De Roberto Rossellini
Avec Aldo Fabrizi, Anna Magnani, Marcello Pagliero
Copie(s): DCP, Italien, Allemand s-t. FR | DCP, Italien, Allemand s-t. EN | DCP, Italien, Allemand s-t. DE | DC, Italien, Allemand s-t. FR

Rome, hiver 1944. Un ingénieur communiste, Giorgio Manfredi, tente d'échapper aux Allemands qui occupent la ville. Il se refugie chez un ami imprimeur dont la fiancée, Pina, le met en contact avec le curé de la paroisse, Don Pietro. Mais la maîtresse de Manfredi va tous les dénoncer à la Gestapo…

« Témoignage brut et sans concession de la résistance du peuple romain face à l'occupant allemand, Rome, ville ouverte est animé d'un souci d'authenticité rarement atteint par le septième art. S'inspirant de faits réels, tourné à chaud dans un style documentaire débarrassé des oripeaux mélodramatiques traditionnels, le chef-d'œuvre de Rossellini est considéré à juste titre comme le premier film ‘néo-réaliste’, ouvrant la voie à un des courants majeurs du cinéma mondial » (Serge Daney).

Rome, ville ouverte

Les autres films de Roberto Rossellini

Amore, L'

(Amore)
Italie · 1948 · 69'
De Roberto Rossellini
Avec Sylvia Bataille, Federico Fellini, Anna Magnani
Copie(s): DCP, Italien s-t. FR | DCP, Italien s-t. DE | DCP, Italien s-t. EN

India

(Inde, terre mère)
Italie, France · 1959 · 91'
De Roberto Rossellini
Avec
Copie(s): DCP, Italien s-t. EN | DCP, Italien s-t. IT

Intervista a Salvador Allende: La Forza e la ragione

Italie · 1971 · 43'
De Roberto Rossellini, Emidio Greco
Avec
Copie(s): DCP, Espagnol

Macchina Ammazzacattivi, La

(Machine à tuer les méchants, La)
Italie · 1952 · 82'
De Roberto Rossellini
Avec Gennaro Pisano, Marilyn Buferd, William Tubbs, Helen Tubbs
Copie(s): DCP, Italien s-t. FR | DCP, Italien s-t. DE | DCP, Italien s-t. EN

Paura, La

(Peur, La)
Italie, Allemagne · 1954 · 82'
De Roberto Rossellini
Avec Ingrid Bergman
Copie(s): DCP, Anglais s-t. FR | DCP, Anglais s-t. IT

Stromboli, terra di Dio

(Stromboli)
Italie, États-Unis · 1950 · 107'
De Roberto Rossellini
Avec Ingrid Bergman, Mario Vitale, Renzo Cesana, Mario Sponzo
Copie(s): DCP, Italien s-t. FR | DCP, Italien s-t. EN

Viaggio in Italia

(Voyage en Italie)
Italie, France · 1954 · 97'
De Roberto Rossellini
Avec Ingrid Bergman, George Sanders, Maria Mauban, Anna Proclemer
Copie(s): DCP, Anglais s-t. FR | DCP, Anglais s-t. IT | DCP, Anglais s-t. DE