Cinémathèque suisse - site officiel

Ermanno Olmi : Le temps s’est arrêté (FR/DE)

08 05 2018

Héritier tardif du néoréalisme italien et auteur d’une oeuvre humaniste à la fois empreinte de réflexion sociale et traversée de fulgurances poétiques, Ermanno Olmi est décédé dimanche 6 mai à l’âge de 86 ans, à l’hôpital d’Asiago dans le nord de l’Italie. Il se battait depuis plusieurs années contre la maladie.

Pardo d’honneur à Locarno en 2004, Lion d’or pour l’ensemble de sa carrière à la Mostra de Venise en 2008, Ermanno Olmi laisse derrière lui un héritage cinématographique important de plus de 90 œuvres (courts et long-métrages confondus). Cet autodidacte considéré comme un maître du cinéma italien avait réalisé son premier long métrage Le temps s’est arrêté en 1959 et remporté en 1978 une Palme d’or au festival de Cannes avec L’Arbre aux sabots. La Cinémathèque suisse lui avait consacré une rétrospective en mars 2016, en parallèle à la sortie de son dernier film de fiction Torneranno i prati, qui fait partie du catalogue de diffusion de l’institution.


Der späte Erbe des italienischen Neorealismus und Autor eines humanistischen, von gesellschaftlicher Reflexion und poetischer Kraft durchwirkten Werks, Ermanno Olmi, ist am Sonntag, 6. Mai, 86-jährig im Spital von Asiago in Norditalien verstorben. Er hatte während mehrerer Jahre gegen seine Krankheit gekämpft.

Ehrenleopard in Locarno 2004, Goldener Löwe für sein Lebenswerk an der Mostra in Venedig 2008: Ermanno Olmi hinterlässt ein bedeutendes Filmerbe mit über 90 langen und kurzen Filmen. Der Autodidakt und Meister des italienischen Kinos drehte 1959 seinen ersten Langfilm, Als die Zeit stillstand, und gewann 1978 am Festival in Cannes die Goldene Palme für Der Holzschuhbaum. Aus Anlass seines letzten Spielfilms, Torneranno i prati, widmete ihm die Cinémathèque suisse im März 2016 eine Retrospektive. Dieses Werk ist im Vertriebskatalog unserer Institution aufgeführt.

Ermanno Olmi (à droite) aux côtés de l'acteur Rod Steiger sur le tournage du film E venne un uomo (1965). Collection Cinémathèque suisse. Tous droits réservés.